Régime sans sucre

Le sucre et ses succédanés : amis ou ennemis ?

sucre poison

Pendant des siècles, on a accordé une très grande valeur au sucre. Au Moyen-Âge, le sucre était utilisé comme une cure à tous les malaises, mais depuis les années 70, on le blâme pour tous les maux: le diabète, les maladies cardiaques, l’obésité, les allergies, les calculs biliaires, l’hypoglycémie, le cancer et même les troubles de comportement. Où est la vérité dans tout ça?

Mise à part la carie dentaire, les recherches récentes ne démontrent pas de lien entre le sucre, à tout le moins dans la quantité consommée normalement, et les problèmes de santé des temps modernes. Bien que les diabétiques doivent tenir compte de la quantité de sucre qu’ils ingèrent, ceci fait partie d’un régime bien calculé, ce n’est pas le régime ou le sucre qui sont la cause du diabète. L’obésité n’est pas attribuable au sucre non plus. Les calories supplémentaires proviennent de tous les aliments, particulièrement ceux qui contiennent des matières grasses.

Vous êtes friands de sucreries ? Brossez vous bien les dents!

Des études scientifiques ont démontré qu’il existe un lien entre le sucre et la carie dentaire. Tout aliment contenant du sucre ou des féculents, tels les fruits, les céréales de déjeuner, peuvent contribuer à l’apparition de la carie dentaire. Les aliments qui collent aux dents tels les caramels, les raisins, les tablettes Granola, ou ceux qu’on mâche lentement, ou qu’on boit à petites gorgées sont les plus dommageables. Plus la période de contact du sucre est longue, plus les risques d’apparition de la carie dentaire sont élevés.

Les régles d’or pour avoir des dents saines :

  • le brossage adéquat
  • l’utilisation de la soie dentaire régulièrement
  • la consommation d’eau potable contenant du fluor

Est-ce que le sucre est nourrissant?

Mise à part la mélasse de cuisine, qui contient du fer, aucun sucre ne surpasse l’autre. Tous les types de sucre comme le sucre blanc, la cassonnade, le sirop d’érable et le miel fournissent de l’énergie, mais contiennent peu de nutriments. Cependant, ils peuvent rendrent certains aliments plus appétissants (p. ex.: les muffins à grains entiers, le glaçage sur un gâteau, les flocons d’avoine lorsqu’on y ajoute de la cassonnade, les tartelettes aux fruits ou le thé). Certaines formes de sucre peuvent également remplacer certaines matières grasses que nous consommons.

Par exemple :

  • De la confiture ou du miel sur des rôties, plutôt que du beurre ou de la margarine;
  • On peut servir de la gelée de pommettes ou du sirop d’érable avec des patates douces, du panais ou du navet, plutôt que du beurre ou de la margarine;
  • On peut intégrer du sirop de maïs et de la purée de fruits aux muffins, plutôt que de l’huile, du beurre ou de la margarine;

En fin de compte… le sucre peut faire partie d’une saine alimentation. Tout est dans la modération.

Et les succédanés ?

Le xylitol, le sorbitol et le mannitol sont des alcools de sucre extraits de fruits et de légumes. Leur degré de sucre et leur nombre de calories s’étend de la moitié à environ le même que le sucre. Le sorbitol et le mannitol sont moins dommageables pour les dents que le sucre, même que le xylitol aide à protéger les dents contre la carie dentaire! Étant donné que ces alcools de sucre possèdent des effets laxatifs, ils devraient être utilisés modérément. C’est la raison pourquoi ils sont utilisés seulement dans certains produits comme la gomme à mâcher ou les menthes.

Plusieurs personnes désirent garder le goût sucré de leur mets favoris sans pour autant devoir composer avec la carie dentaire et les calories. L’industrie alimentaire a mis sur le marché des édulcorants « haut en sucre ». Ces édulcorants ne causent pas de carie dentaire, ils ne sont pas digérés comme d’autres sucres, ils contiennent moins de calories et donnent un goût très sucré aux aliments.

Ces édulcorants sont considérés comme des additifs alimentaires. Par conséquent, Santé et bien-être Canada étudie toute l’information scientifique sur leurs effets et sur leur sécurité. Par la suite, on établit des règlements quant à la façon dont ils seront utilisés et en quelle quantité.

Savoir lire les étiquettes

Trouver le sucre et ses succédanés dans la nourriture que vous consommez

Le glucose, le fructose, le sucrose et le lactose. Tous ces mots qui se terminent en « ose » et qui se retrouvent sur la liste des ingrédients des étiquettes, font partie des différents types de sucre ajoutés par les manufacturiers.

« Pas de sucre ajouté » signifie simplement qu’aucun sucre n’a été ajouté pendant le traitement. Cependant, l’aliment lui-même peut contenir du sucre, comme les jus de fruits et certains légumes comme le maïs.

Le sucre étant un glucide, il se peut qu’il fasse partie de la liste complète des glucides au même titre que les féculents et les fibres sur l’étiquette de l’information nutritionnelle sur certains emballages.

La quantité de sucre inscrite sur l’étiquette inclura le sucre présent dans la nourriture au naturel et celui qui a été ajouté pendant le traitement.

Aujourd’hui on compte quatre édulcorants de haute intensité dont l’utilisation est approuvée au Canada :

  • Cyclamates et Saccharine.
  • Ces derniers sont vendus comme édulcorants de table.
  • Aspartame.
  • Son utilisation a été approuvée comme édulcorant de table et ce produit peut être également ajouté comme ingrédient aux céréales de déjeuner, aux boissons gazeuses, aux desserts et aux friandises.
  • Suralose.

On le retrouve comme édulcorant de table. Il est également utilisé comme ingrédient dans les aliments suivants :

  • céréales de déjeuner;
  • boissons gazeuses;
  • boissons aux fruits, au lait ou alcolisées;
  • desserts et crème-dessert;
  • friandises, tartinades et sirops;
  • pâtisseries;
  • fruits et légumes en conserve et congelés.

Les aliments sucrés avec des édulcorants « haut en sucre » sont de plus en plus populaires et faciles à trouver. Les diététistes croient que ces produits peuvent aider certaines personnes, mais qu’ils ne constituent pas une réponse aux dents saines, au contrôle du diabète, ni à l’atteinte et au maintient d’un poids santé. Par contre, lorsqu’ils font partie d’un régime sain, bien équilibré et qu’on les utilise avec modération, l’utilisation de ces édulcorants est considérée sécuritaire.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

7946