Régime sans sucre

Comment prévenir le cancer avec une bonne alimentation ?

alimentation-cancer

Des études nombreuses et diverses ont montré qu’il existe des aliments et des comportements qui augmentent ou diminuent le risque de développer un cancer. Les fruits, les légumes et les fibres alimentaires exercent un effet protecteur, tandis que le surpoids, l’alcool et la consommation de viande augmentent le risque de cancer.

Une alimentation saine et variée

Les règles de base de l’alimentation sont présentées visuellement par la pyramide alimentaire. Ces règles sont simples. Les aliments qui se trouvent tout en bas de la pyramide peuvent être consommés plusieurs fois par jour. Plus un aliment se trouve vers le haut de la pyramide, plus sa consommation devrait être modérée. Il ne s’agit pas d’avoir chaque jour un apport alimentaire parfait; il suffit que le bilan nutritionnel soit équilibré sur une semaine. 

En veillant à consommer en quantités adéquates des aliments suffisamment variés, on fournit à notre corps, dans des proportions équilibrées, toutes les substances dont il a besoin: assez d’hydrates de carbone et de graisses de haute valeur pour la fourniture d’énergie, ce qu’il faut de protéines pour entretenir les structures de l’organisme, une bonne dose de vitamines et de sels minéraux pour le fonctionnement optimal du métabolisme et du système immunitaire, et suffisamment de fibres et de liquide pour une digestion efficace.

La pyramide alimentaire

pyramide alimentaire

Garder un poids normal – perdre ses kilos excédentaires

Le surpoids constitue un gros risque pour presque tous les types de cancer. La raison de ce risque accru en cas de surcharge pondérale pourrait être liée au fait que l’augmentation du poids s’accompagne d’une production accrue d’une certaine hormone stimulant la croissance des cellules, donc accroissant le risque de divisions cellulaires incontrôlées.

Le maintien d’un poids normal est bénéfique à plusieurs égards.

Le Body Mass Index (BMI), ou Indice de Masse Corporelle, est une mesure permettant d’évaluer le poids corporel en fonction de la taille exprimée en mètres. Le BMI (Body Mass Index) devrait se situer entre 18.5 et 25.

Maintenir un poids stable

Régulariser le rythme de ses repas aide à prendre conscience de l’alternance naturelle entre faim et satiété. Trois repas principaux et deux collations offrent un bon rythme alimentaire sur le plan physiologique. Manger trop souvent – c’est-à-dire avant même qu’une sensation de faim n’apparaisse – entraîne un apport excessif en nutriments. Et manger trop rarement provoque des fringales qui font ingurgiter une trop grande quantité de nourriture en un laps de temps très court.

Il est important, lorsque l’on mange, de faire attention à la sensation de satiété. Il s’écoule un certain temps entre le moment où l’estomac est rempli et le moment où le cerveau enregistre cette information, raison pour laquelle il est recommandé de manger lentement et en mâchant bien. Il importe également de choisir le lieu où l’on mange et de se mettre à table en étant détendu, car le stress a un effet bloquant sur l’organisme, lequel ne peut plus alors assimiler correctement la nourriture.

Manger sainement ne se limite donc pas à choisir ses aliments selon la pyramide alimentaire.Afin d’assurer un équilibre entre l’apport énergétique et la dépense énergétique, il est en outre essentiel d’avoir une activité physique régulière.

Se débarrasser des kilos excédentaires

On ne peut se débarrasser durablement de ses kilos excédentaires qu’en repensant et en modifiant ses habitudes alimentaires tout comme son mode de vie, notamment en ce qui concerne l’activité physique. Dans un premier temps, il importe de stabiliser son poids. Cela implique d’être attentif aux sensations de faim et de satiété et de procéder à un bilan énergétique: les produits à forte densité calorique – ce sont avant tout les produits qui contiennent des graisses ou de l’alcool – doivent être évités.

En revanche, les aliments qui renferment beaucoup d’eau et peu de calories peuvent être consommés l’esprit tranquille. Il s’agit principalement des fruits et des légumes, mais aussi, bien sûr, des boissons non sucrées. On peut aussi augmenter sa dépense d’énergie en bougeant davantage au quotidien grâce à des activités physiques comme la marche rapide, le vélo ou la natation. Une fois son poids stabilisé, on peut, dans un deuxième temps, songer à diminuer ses kilos excédentaires.

Il s’agit de réduire encore un peu son apport énergétique tout en augmentant légèrement sa dépense énergétique par l’activité physique. La perte de poids doit être lente mais régulière, et les nouvelles habitudes doivent pouvoir être intégrées durablement dans la vie quotidienne.

Manger de la viande avec discernement

La viande contient des substances vitales telles que des protéines et des vitamines, mais aussi des graisses animales, qui sont malsaines. De plus, la cuisson de la viande peut donner naissance à des substances cancérigènes. Les préparations à base de viande, comme la charcuterie, renferment en outre des sels nitrités. En faisant une consommation modérée de viande, voire en y renonçant totalement, on réduit de beaucoup son risque de développer un cancer. 

En mangeant moins de viande, vous éviterez un apport superflu en calories et vous diminuerez ainsi votre risque face au cancer de l’intestin et cancer du côlon. Une portion de 80 g par jour est considérée comme suffisante pour un adulte. Remplacez le plus souvent possible le porc, le bœuf et l’agneau par du poisson et de la volaille, éliminez les parties grasses et suivez un régime végétarien deux ou trois jours par semaine.

En règle générale, il est conseillé de choisir des viandes pauvres en graisse et d’éviter si possible la charcuterie, le jambon, le lard et le salami. Enfin, une forte consommation de viande s’accompagne généralement d’une consommation réduire de légumes, donc de fibres. Or, une consommation insuffisante de fibres ralentit la digestion, donc allonge le temps durant lequel le bol alimentaire séjourne dans l’intestin, de sorte que les substances potentiellement cancérigènes demeurent plus longtemps au contact de la paroi intestinale.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire
Aucun commentaire pour le moment.
Une remarque ? Laissez un commentaire

8241